Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content

Insomnie paradoxale : le guide

L’insomnie paradoxale, également appelée insomnie subjective ou mauvaise perception du sommeil, toucherait 5% des insomniaques vus en laboratoire. Le sujet atteint de ce trouble se plaint d’un très mauvais sommeil, voire d’absence totale de sommeil, alors qu’il ne connait pas de somnolence marquée ou de diminution des performances au cours de sa journée. Ce type d’insomnie amène alors les dormeurs à avoir une très mauvaise évaluation de la durée réelle de leur nuit de sommeil. Alors, quels sont les causes de ce phénomène ? Quels traitements existent ? On vous en dit plus sur ce trouble du sommeil !

Insomnie

Insomnie paradoxale : qu’est ce que c’est ?

Les personnes qui souffrent d’insomnie paradoxale ont le sentiment de ne pas avoir dormi de la nuit, lorsqu’elles se lèvent le matin. Elles ont l’impression d’être restées éveillées pendant de longues heures, d’avoir subi des réveils fréquents, alors que les examens montrent le contraire. Les patients décrivent souvent une pleine conscience de leur environnement lorsqu’ils s’allongent pour dormir. Ils ne présentent toutefois pas les symptômes d’une insomnie classique : ils ne souffrent pas de somnolence diurne, de manque de sommeil, n’ont pas de difficultés de concentration, de troubles de la mémorisation… Ils ont l’impression de ne dormir que très peu d’heures par nuit, et recherchent des solutions pour retrouver Morphée plus facilement.

Quelles sont les causes de l’insomnie paradoxale ?

Dans la majorité des cas, ces insomniaques ont une personnalité anxieuse. Ils sont stressés par la durée anormalement faible de leur sommeil, et on peur d’en manquer. Souvent, on observe chez les sujets une activité mentale soutenue, et une incapacité à la ralentir au moment de se coucher. Cette activité cérébrale élevée rappelle le sommeil paradoxal, une des phases de notre cycle de sommeil. Durant cette phase de sommeil, le corps se relâche (perte du tonus musculaire) et le cerveau se met en activité : nous rêvons. C’est la raison pour laquelle les patients ont le sentiment d’avoir pensé toute la nuit.

Insomnie paradoxal : quels traitements ?

Puisque la personne ne manque pas réellement de sommeil, les somnifères, ou la prise de mélatonine pourront dans un premier temps être évités. Afin de permettre au sujet de mieux dormir, le traitement consiste généralement à le rassurer. Grâce à un examen du sommeil en laboratoire, ce dernier peut observer par lui-même les résultats et constater qu’il dort bel et bien pendant sa nuit, et que l’endormissement n’est pas aussi compliqué qu’il le pense. La thérapie comportementale peut également aider le patient à rétablir de bons rapports avec son sommeil.

Par ailleurs, il est important pour les personnes atteintes d’insomnie paradoxale de travailler sur leur anxiété de manière générale, et plus précisément sur celle centrée sur le sommeil. Pour vous aider à vous réconcilier avec Morphée, les exercices de sophrologie, de cohérence cardiaque, d’hypnose (ou autohypnose) ou encore, de méditation avant d’aller au lit pourront vous être d’une grande aide. Prenez le temps de comprendre ce qui fonctionne sur vous, ce qui vous aide à vous détendre et vous permet de stopper ces pensées qui vous empêchent de trouver le sommeil !

L’importance de l’examen en laboratoire

Si vous avez le sentiment de ne pas avoir dormi lorsque vous vous levez, l’examen polysomnographique en laboratoire permettra de vérifier qu’il s’agit bel et bien d’insomnie paradoxal, et non d’un autre trouble du sommeil tel que :

  • L’apnée du sommeil : cette maladie peut être à l’origine de cette sensation de fatigue au lever. Le patient retient sa respiration pendant plusieurs secondes, plusieurs fois par heure au cours de la nuit. Dans ce cas de figure, la personne souffre de ronflement, et ne profite pas d’un sommeil réparateur ;
  • Les troubles du rythme circadien : ici, l’horaire sommeil-veille interne (horloge biologique) des personnes n’est pas aligné avec le cycle de lumière (jour) et d’obscurité (nuit) de la terre. Les patient qui en souffrent se sentent systématiquement fatigué au lever, et ont du mal à trouver le sommeil le soir ;

Les parasomnies : hallucinations hypnagogiques, syndromes des jambes sans repos, ou encore les éveils confusionnels peuvent également laisser penser au dormeur qu’il n’a pas profité d’un sommeil de bonne qualité pendant la nuit.

Quels sont les différents types d’insomnies qui existent ?

Outre l’insomnie paradoxale, il existe d’autres types d’insomnies :

  • Linsomnie avant les règles : elle est due au syndrome prémenstruel (ou SPM). Celui-ci se manifeste par des insomnies et des troubles physiques (douleurs dans le bas ventre, dans les reins, crampes utérines, seins gonflés, troubles digestifs…) et émotionnels (anxiété, irritabilité…), qui surviennent 2 à 10 jours avant les menstruations. Par ailleurs, cette insomnie continue également pendant les règles, puisque environ 30 % des femmes indiquent avoir du mal à dormir durant cette période ;
  • Linsomnie fatale : il s’agit d’une maladie à prions très rare qui perturbe le sommeil et qui aboutit à la détérioration des fonctions cognitives et à une perte de la coordination. Petit à petit, les neurones disparaissent. Le décès survient en quelques mois à quelques années ;
  • Linsomnie pendant la ménopause : on estime qu’environ une femme sur trois est concernée par l’insomnie au moment de la ménopause. C’est principalement le manque d’œstrogène et de progestérone qui sont responsables des symptômes désagréables de la ménopause, y compris l’insomnie. 

À l’inverse, certains dormeurs peuvent être touchés par l’hypersomnie : les personnes qui en souffrent ont un sommeil nocturne très solide (peu de réveils nocturnes) et de très longue durée, avec un réveil matinal souvent particulièrement laborieux.