Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content

Ménopause et insomnie : le guide

La ménopause est marquée par l’arrêt des règles chez la femme. Mais outre cette fin des menstruations, ce bouleversement hormonal entraîne également de nombreux symptômes, et impacte drastiquement la qualité de sommeil des femmes ménopausées. Alors, quels sont les liens entre ménopause et les insomnies ? Quelles solutions (traitements hormonaux, plantes, huiles essentielles…) peuvent vous aider à mieux dormir ? On vous dit tout !

Insomnie

Les symptômes de la ménopause

L’arrivée de la ménopause entraîne l’apparition de nombreux symptômes. Parmi les plus observés, on note notamment l’absence de saignements menstruels, un vagin irrité, des troubles urinaires, une carence en vitamines B12 et B9, des bouffées de chaleur ainsi que des sautes d’humeur

Avec la baisse du taux d’œstrogènes, les femmes ménopausées ont également un facteur de risque plus important d’ostéoporose et de maladies cardiaques, ainsi qu’une baisse de la libido

Par ailleurs, notez qu’au moins un tiers des femmes souffrirait d’insomnie au cours de la ménopause.

Une structure de sommeil qui évolue avec l’âge

La qualité et la structure du sommeil évoluent avec l’âge. Le sommeil profond, qui est la phase durant laquelle nous rechargeons nos batteries est très long pendant l’enfance, et se stabilise à l’âge adulte.

Mais pour les femmes à partir de 50 ou 60 ans, la part de ce sommeil profond, (ainsi que celle de sommeil paradoxal) diminue. Le sommeil est plus léger, et les dormeuses sont plus sensibles aux stimuli extérieurs. Les nuits sont alors plus perturbées, marquées par des réveils nocturnes.

Bouleversements hormonaux et troubles du sommeil

Pendant la ménopause la sécrétion de plusieurs hormones est altérée : le corps manque alors d’œstrogènes et de progestérone : ces deux hormones sexuelles sont responsables des symptômes désagréables de la ménopause, y compris l’insomnie, pour deux raisons. Tout d’abord, la progestérone permet de réguler l’humeur, et donc de favoriser l’endormissement. Par ailleurs, l’œstrogène permet de réguler la température corporelle. Sans elle, de nombreuses femmes sont soumises aux bouffées de chaleurs en journée ainsi qu’aux sueurs nocturnes.

La diminution de ces deux hormones s’accompagne aussi d’une diminution de la sécrétion de mélatonine, qui est l’hormone du sommeil. Votre endormissement est alors fragilisé, et les réveils nocturnes se font plus fréquents.

Quelles solutions pour lutter contre les insomnies pendant la ménopause ?

Pour lutter contre les insomnies, le traitement hormonal ou les solutions naturelles peuvent vous accompagner. Chaque femme est différente : à vous de tester les différentes options qui s’offrent à vous afin d’observer celle qui vous livre les meilleurs effets.

    • Le traitement hormonal substitutif : il s’adresse aux femmes qui sont déjà ménopausées et qui présentent des troubles fonctionnels liés à la ménopause qui altèrent leur qualité de vie ;
    • Le houblon : il possède la particularité d’agir contre les sueurs nocturnes qui provoquent les insomnies. Cette plante contient de l’hopéine, qui estun phyto-œstrogène qui œuvre afin de rééquilibrer l’œstrogène présent dans l’organisme, même en petite quantité. Le houblon est votre allié idéal pour lutter contre l’insomnie, car c’est une plante qui aide à l’endormissement. En effet, il est utilisé contre la tension nerveuse et les troubles du sommeil, notamment lorsqu’il est associé à la valériane ;
    • La sauge : il s’agit d’une plante qui peut être consommée en infusion le soir ou en huile essentielle. Elle agit contre les sueurs nocturnes et les coups de chaud. Pour mieux dormir, vous pouvez vous tourner vers la sauge officinale et la sauge sclarée. Pendant la ménopause, cette plante est idéale, car elle possède une double action : elle vous permet de lutter contre les bouffées de chaleurs et chouchoute votre sommeil;
    • Les Fleurs de Bach : elles sont idéales afin d’apaiser le corps et l’esprit des différents symptômes de la ménopause, et pour retrouver un sommeil plus profond et moins saccadé. Les Fleurs de Bach agissent sur les troubles généraux de la ménopause dont le stress et l’insomnie. Ici, la verveine, le marronnier rouge ou encore le marronnier blanc pourront être de réels alliés ;
  • L’huile essentielle de lavande: apaisante, cette huile favorise le sommeil réparateur et profond. Elle peut également vous aider si vous rencontrez des troubles de l’humeur ;

L’huile essentielle de Petit Grain Bigaradier : elle vous aide à lutter contre les réveils nocturnes et à retrouver un sommeil plus profond.

Les différents types d’insomnies qui existent

Les insomnies peuvent apparaître tout au long de la vie, bien avant la ménopause. Parmi les plus observées, on peut notamment parler de l’insomnie avant et pendant les règles, ou encore de l’insomnie paradoxale

Linsomnie avant et pendant les règles est due à une variation hormonale importante, qui entraîne baisse de la progestérone. Cela provoque non seulement des difficultés d’endormissement mais également des réveils nocturnes. Par ailleurs, le syndrome prémenstruel, qui entraîne des douleurs aux seins, des douleurs dues à l’ovulation, des spasmes, des crampes utérines, des sueurs nocturnes, des tensions dans les reins ou encore, des difficultés digestives viennent également fragiliser le sommeil.

Lorsqu’il souffre d’insomnie paradoxale, le patient se plaint d’avoir une très mauvaise qualité de sommeil, mais cela ne colle pas avec une absence de somnolence marquée. L’examen de sommeil polysomnographique indique en effet que les cycles de sommeil sont réguliers et que le patient dort. La raison de ce décalage entre la perception et la réalité ? Une activité cérébrale intense : une partie du cerveau reste en alerte pendant le sommeil, donnant à l’insomniaque l’impression de ne pas arrêter de penser pendant toute la nuit.

Très rarement, des maladies comme l’insomnie fatale familiale ou sporadique peuvent également être à l’origine de problèmes de sommeil.