Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content

Régression du sommeil à 4 mois : comment réagir ?

La naissance de bébé s’accompagne de quelques mois difficiles pour de jeunes parents. Jusqu’à l’âge de 3 à 6 mois, un nourrisson se réveille en effet toutes les 2 à 4 heures pour se nourrir. À la naissance, en effet, son horloge biologique ne lui permet pas de différencier le jour de la nuit. En outre, son organisme ne peut pas stocker assez d’énergie pour qu’il dorme longtemps. Fort heureusement, le sommeil de bébé évolue rapidement. Cette évolution n’est pourtant pas linéaire et constante, et elle est marquée par des périodes de régression. Parmi elles : la régression du sommeil à 4 mois, une période souvent frustrante, voire inquiétante, pour ses parents. Rassurez-vous : cette étape est strictement normale !

Qu’est-ce qu’une régression du sommeil ?

Régression sommeil 4 mois

Lorsqu’un bébé vient au monde, il dort tout le temps ou presque : jusqu’à 20 heures par jour. Il alterne des phases d’éveil brèves avec des périodes de sommeil qui varient de 2 à 4 heures. Le cycle du sommeil de bébé se compose alors de deux phases :

  • Le sommeil agité ;
  • Le sommeil calme.

Vers l’âge de 3 à 6 mois, un bébé commence à distinguer le jour de la nuit, et il peut dormir plusieurs heures par nuit sans avoir besoin de se nourrir. Le temps de sommeil chez les bébés se répartit peu à peu différemment, entre nuit plus longue et siestes pendant la journée. 

C’est l’âge auquel il est capable de faire ses nuits… en théorie ! Dans la pratique, de nombreux enfants ont besoin de davantage de temps, car cette évolution est propre à chacun.

Lorsque le sommeil de bébé semble stabilisé, il arrive qu’une subite marche arrière se produise : 

  • Bébé ne veut pas dormir ;
  • Bébé pleure dans son sommeil ;
  • La sieste de bébé tourne court et il se réveille rapidement.

 

Il peut arriver que le sommeil soit perturbé par des causes spécifiques : épisode de fièvre, terreurs nocturnes ou encore cauchemar de bébé. Cela peut aussi être lié à un inconfort, notamment parce que bébé est trop couvert ou pas assez, car pour de jeunes parents, il est parfois délicat de savoir comment habiller bébé pour dormir.

On parle de régression du sommeil lorsque cette « marche arrière » dans le rythme de sommeil de bébé se produit sans raison spécifique formellement identifiée. Ces phases font pourtant partie du développement normal de bébé, et elles se produisent en général :

  • À 4 mois ;
  • À 9 mois ;
  • À 18 mois ;
  • À 3 ans.

Tout comme un bébé peut être un petit ou gros dormeur, il peut aussi traverser ces différentes phases un peu en avance, ou un peu plus tard !

Régression du sommeil des 4 mois chez le bébé : qu’est-ce que c’est ?

La régression du sommeil des 4 mois de bébé est parfois nommée « évolution du sommeil ». En effet, cette phase est liée au développement normal de votre enfant. 

Son train du sommeil évolue, et il se rapproche de celui des grands, puisqu’il devient plus long (70 minutes) et qu’il se compose de 3 phases :

  • Le sommeil paradoxal, marqué par des mouvements oculaires rapides ;
  • Le sommeil léger ;
  • Le sommeil profond.

Au cours des phases de sommeil lent léger, un bébé est plus sensible aux stimuli tels que le son et la lumière.

Parallèlement, bébé dort plus longtemps la nuit. S’il fait 3 siestes par jour, ses phases d’éveil sont plus longues (jusqu’à 2 heures environ).

Par ailleurs, bébé commence à bouger pendant le sommeil. Son système nerveux est toutefois encore en cours de formation, et il peut ainsi se retrouver dans une position inconfortable. Durant la journée, il fait aussi preuve de plus de curiosité.

Ces éléments nuisent à la régularité de son sommeil, alors même qu’il semblait tout près de faire ses nuits. 

L’épisode peut être accompagné de facteurs aggravants. Les premières poussées dentaires peuvent survenir. Par ailleurs, l’immunité de bébé chute et il est possible qu’il expérimente son premier rhume ou ses premières infections. Il est alors courant que bébé tousse en dormant, ou de remarquer de fréquents ronflements pendant qu’il dort.

Il est à noter que pour de nombreuses jeunes mamans, cette période correspond à celle du retour au travail : un événement qui impacte le quotidien de bébé.

Quels sont les signes de régression du sommeil des 4 mois ?

En dépit de son nom, la régression du sommeil des 4 mois peut survenir un peu plus tôt ou un peu plus tard. Cette phase se manifeste cependant par des signes caractéristiques :

  • Les méthodes habituelles qui calment bébé ne fonctionnent plus ; 
  • Bébé pleure au moment d’aller au lit, que ce soit pour la nuit ou pour la sieste ;
  • Les réveils nocturnes de bébé sont nombreux.

Si bébé semble s’agiter pendant le sommeil, son comportement durant la journée se modifie également. Il est généralement plus irritable et plus ronchon, ce qui est la conséquence du manque de sommeil de votre enfant. Il est aussi davantage en recherche d’attention et de câlins.

Combien de temps dure la régression du sommeil des 4 mois ?

La durée de la régression du sommeil des 4 mois varie radicalement d’un bébé à l’autre : chez certains, elle ne dure que quelques jours quand chez d’autres, elle peut durer 4 à 6 semaines.

Régression sommeil des 4 mois : que faire ?

Comme toute régression, cette phase provoque une privation de sommeil aussi délicate pour bébé que pour les parents. Il s’agit donc d’adopter immédiatement les bons gestes pour réduire au maximum la durée de la régression du sommeil des 4 mois.

Les erreurs à éviter

Face à un épisode de régression du sommeil, de nombreux jeunes parents sont pris de court. Or, certaines décisions peuvent créer des conditionnements susceptibles d’impacter durablement le sommeil de bébé. 

Il est bien sûr indispensable de réagir aussi calmement que possible, afin d’apaiser bébé.

Il est parfois conseillé d’emmailloter un bébé qui gigote trop pendant cet épisode de régression. Toutefois, une étude publiée en 2016 démontre que passé l’âge de 3 mois, le fait d’emmailloter un bébé aggrave les risques de mort subite du nourrisson. 

Durant les épisodes de régression, bébé réclame ses parents à corps et à cris : il est donc tentant de revenir auprès de lui chaque fois qu’il appelle. S’il est bien entendu exclu de laisser bébé pleurer des heures durant, il est judicieux d’attendre quelques minutes avant d’intervenir : il peut arriver qu’il se rendorme tout seul. La régression/évolution du sommeil des 4 mois est en effet une étape importante, qui contribue à ce que bébé gagne en autonomie et apprenne à s’endormir tout seul.

Il est enfin recommandé de laisser bébé dans sa chambre et, surtout, dans son lit. Il est en effet indispensable qu’il conserve tous ses repères. Faire dormir bébé dans le lit parental peut le conduire à assimiler le fait de dormir dans son propre lit à une punition.

Les astuces pour surmonter la régression du sommeil des 4 mois

Cet épisode de régression survient à une période de réorganisation du sommeil et des journées de bébé. Il peut être nécessaire d’ajuster les horaires pour aller se coucher, manger et faire la sieste. Vous pouvez notamment expérimenter le Dream Feed, qui consiste à nourrir davantage bébé durant la journée, et à lui proposer une dernière tétée le soir, avant d’aller vous coucher. Toutefois, ces ajustements doivent être progressifs, car il est important de conserver un rythme aussi régulier que possible.

La mise en place d’un rituel du coucher constitue un excellent moyen d’apaiser bébé. Les rituels sont constitués de gestes répétitifs, exécutés à des moments fixes de la journée – ce qui est en soi sécurisant pour bébé. En outre, des activités calmes facilitent l’endormissement. Câlin, massage, musique douce, comptine ou lecture : n’hésitez pas à expérimenter pour trouver ce qui fonctionne le mieux pour votre enfant. Le rituel du coucher n’est par ailleurs pas réservé au soir : il facilite aussi le moment de la sieste. Il peut être judicieux de revoir l’organisation de la chambre à coucher de bébé. À présent que son horloge biologique fonctionne, il est temps qu’il dorme dans le noir : veillez donc à ce que la pièce soit bien isolée des sources lumineuses indésirables. Assurez-vous aussi que la chambre soit à présent bien identifiée par bébé comme un lieu dédié au repos, en séparant son environnement pour le repas.

Il est à noter que c’est principalement la lumière du soleil qui permet à notre horloge biologique de fonctionner : cela vaut aussi pour bébé. Durant la journée, il est donc recommandé de sortir faire un tour au soleil. Cela est d’ailleurs aussi bénéfique pour vous que pour votre enfant !